La mise en œuvre du Document de stratégie-pays pour la période 2015-2020 (DSP 2015-2020) au Tchad a produit des résultats probants sur le terrain. Cependant, en raison de la pandémie de Covid-19, son délai d’exécution a été prorogé jusqu’en 2022, indique le rapport de mise à jour et de revue de performance du portefeuille 2020 de la Banque africaine de développement publié mercredi à Abidjan.

Le Document s’est appuyé sur deux piliers : le développement des infrastructures et la promotion de la bonne gouvernance.

En ce qui concerne le développement des infrastructures, l’approbation tardive des opérations phares du DSP en décembre 2017 et les difficultés de démarrage des opérations, notamment régionales, n’ont pas permis d’atteindre les résultats escomptés. Pour l’essentiel, les réalisations proviennent des opérations approuvées dans le DSP précédent.

Les interventions de la Banque dans le secteur des transports ont amélioré l’accessibilité et la mobilité des populations rurales dans le sud du Tchad (Moyen Chari et Salamat). Elles ont également consolidé et développé les infrastructures de transport permettant le désenclavement du pays. Par exemple, dans le cadre de la route transsaharienne, 51 kilomètres de routes transnationales ont été construites, 50 km de routes nationales bitumées et 100 km de pistes rurales réhabilitées.

Dans le domaine de l’assainissement, le « Projet d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement en milieu semi urbain », a permis notamment la réalisation de 714 forages, dont 700 pompes motrices humaines, huit stations de pompage et 12 châteaux d’eau ainsi que 103 710 mètres linéaires de conduites, 195 bornes fontaines et 600 branchements privés. Le projet a également permis de construire 716 latrines à fosses ventilées, dont 300 dans des écoles et centres de santé en milieu rural, d’aménager huit dépotoirs et d’acquérir 495 kits de collecte d’ordures, 45 charrettes et 45 animaux de traction.

Dans chaque commune, des formations ont été organisées pour 50 plombiers, 16 releveurs de compteurs, 350 artisans maçons, 70 artisans réparateurs de pompes manuelles et 710 caissiers. Dans la zone d’exécution du projet, le taux d’approvisionnement en eau potable a grimpé de 32% en 2011 à 52% en 2019, le taux d’accès à un assainissement adéquat de 11% à 30% sur la période. Au total, quelque 336 000 personnes ont bénéficié du projet.

Dans le cadre du pilier II du projet portant sur la promotion de la bonne gouvernance, la Banque africaine de développement a contribué à améliorer la gouvernance et la transparence dans la gestion des finances publiques et la gouvernance sectorielle et locale.

Ainsi, les recettes fiscales hors pétrole se sont nettement améliorées, la masse salariale a été maîtrisée et les dépenses nettes d’investissement, financées sur ressources intérieures ont triplé, passant de 36 milliards à 105 milliards de francs CFA entre 2011 et 2019. Le Tchad s’est doté d’une autorité de régulation des marchés publics après l’adoption d’un nouveau code des marchés publics et d’une lettre de politique de l’énergie.

« La pandémie de Covid-19 a ralenti la mise en œuvre des politiques publiques définies dans le Plan national de développement 2017-2021 et entraîné la réorientation des priorités du pays vers la lutte contre la pandémie », indique le rapport, qui annonce une extension du Document de stratégie-pays 2015-2020 jusqu’en 2022.                                                                                                                  

« Au-delà de la pandémie et de la requête officielle du gouvernement tchadien, cette prorogation se justifie par l’intérêt d’aligner le processus de préparation du nouveau DSP 2023-2027 sur le nouveau Plan national de développement (PND 2022-2026) », souligne le rapport de la Banque africaine de développement.

Entre 2015 et 2020, les approbations du Groupe de la Banque africaine de développement en faveur du Tchad ont atteint 387,75 millions de dollars américains. Ces financements proviennent du Fonds africain de développement- Allocations basées sur la performance (26,74%) ; Enveloppe régionale (12,17%) ; de la Facilité d’appui à la transition (44,97%) ; la Banque africaine de développement (5,49%) ; autres (10,62%). À ce montant s’ajoute un effet de levier de 111,21 millions de dollars sous forme de cofinancements. Au total, 18 projets (13 opérations prévues) ont été mis en œuvre par la Banque durant cette période au Tchad.
Source African Development Bank Group

NBS Bank Your Caring Bank