Le Document de stratégie-pays 2021-2025 de la Banque africaine de développement pour les Comores, publié le 5 mars 2021, accorde la priorité au développement des infrastructures de base soutenables et de qualité dans les secteurs du transport et de l’énergie.

Selon la stratégie, malgré les performances réalisées depuis 2014 dans la promotion de politiques inclusives et la légère reprise économique en 2016, l’Union des Comores enregistre un faible niveau de résilience et demeure confrontée à des défis majeurs en matière de transformation économique, de développement social, de consolidation de la paix et de renforcement de l’État.

Pour réaliser l’objectif principal de la nouvelle stratégie-pays pour la période 2021-2025, qui est de réduire la fragilité en renforçant les capacités de résilience du pays, la Banque africaine de développement investira dans le transport routier et la production, et dans le transport et la distribution d’électricité en concentrant son action sur les énergies renouvelables afin de renforcer la compétitivité économique et le développement socio-économique des Comores.

L’appui au secteur du transport se matérialisera par des projets d’investissement dans la rénovation du réseau routier dont la dégradation est avancée, en vue de réduire le coût des transports et désenclaver les communautés rurales. Des programmes d’appui aux réformes seront également mis en œuvre pour préserver ou remettre en état le patrimoine routier existant, et assurer sa durabilité par un entretien préventif. Il s’agit de réformes visant à rendre plus efficace le Fonds routier.

À l’horizon 2025, les principaux résultats escomptés dans le transport terrestre sont les suivants : hausse de 25% des échanges commerciaux dans les zones d’intervention ; réduction de 25 minutes du temps de transport par camion des marchandises dans la zone d’intervention du projet ; baisse de 25% du coût d’entretien mensuel des véhicules ; réduction de 15% du coût d’exploitation des véhicules par kilomètre.

Pour le transport maritime et aéroportuaire, une fois les investissements réalisés, il est attendu une baisse du coût de transbordement d’un conteneur 20 pieds d’au moins 30% à l’horizon 2030 et l’augmentation d’au moins 20% des capacités d’accueil des aéroports du pays.

Dans le secteur de l’énergie, les interventions de la Banque africaine de développement seront centrées sur l’accroissement de la production et de la distribution d’énergies plus propres et moins onéreuses, en particulier les énergies renouvelables.

La réforme du secteur de l’énergie pour améliorer sa gouvernance globale et la qualité de ses services se poursuivra avec l’aide de la Banque. Elle visera notamment la société nationale de l’électricité (SONELEC) afin d’améliorer sa performance commerciale et sa gestion financière, la rendre plus efficace, réduire ses pertes techniques et lui permettre d’être en mesure de réaliser sur fonds propres la maintenance de ses unités de production. Les principaux objectifs de cet engagement, à l’horizon 2025, sont la réduction du taux de pertes techniques de 30% en 2020 à 20% en 2025 et la hausse du taux de facturation de 68% à 80% sur la même période.

L’Union des Comores, État insulaire et fragile, est un archipel de 2236 kilomètres carrés constitué de trois îles, situé au large des côtes de l’Afrique de l’Est, qui compte une population d’environ 800 000 habitants. Le pays est devenu, depuis le 1er juillet 2019, un pays à revenu intermédiaire, de classe inférieure, avec un produit intérieur brut par habitant, estimé à 1478,4 dollars américains en 2019.

Source African Development Bank Group

NBS Bank Your Caring Bank